Joomla plus Green que WordPress? Mar31

Tags

Related Posts

Share This

Joomla plus Green que WordPress?

Comment analyser l’aspect « durable » d’un site internet?

Le Web est particulièrement énergivore et n’oublions pas que les TIC sont responsables de 2% des GES (Émissions de Gaz à Effet de Serre).
Parmi tous les CMS (outils de gestion de contenu) existant à ce jour WordPress et Joomla occupent le haut du podium. Cela ne signifie pas que l’un est meilleur que l’autre, ce n’est pas ce débat que nous souhaitons lancer.
Nous nous interrogeons plutôt sur le Comment réduire l’impact environnemental d’un site internet?

Chez EticWeb nous militons depuis longtemps pour une ‘Informatique plus Verte’. Nous réalisons régulièrement des sites internet et nous avons voulu répondre à la question suivante :

Quels sont les critères pour affirmer qu’un site internet est plus ‘vert’ qu’un autre? Une fois les aspects ergonomiques et les règles d’accessibilité pris en compte, comment agir sur l’impact énergétique d’un site Internet? Que conseiller à nos clients?

Un Bilan Carbone global du site, à l’image de celui du Monde Interactif ?
Bonne idée, mais comment agir avant la création du site, dans la phases d’étude?
Et si déjà nous nous penchions sur les CMS (outils de gestion de contenu) que nous préconisons…

Etudier la consommation énergétique de 2 solutions, WordPress 3 et Joomla 1.5, et les mettre en perspective avec une « bonne vieille » version statique (pur HTML sans script PHP ni base de données, voir notre article à ce sujet) nous a semblé être une bonne piste.

Pour commencer, nous avons réalisé un template maison pour Joomla puis un autre pour WordPress et enfin générer une version statique de notre propre site.

Les textes, liens et images sont donc identiques sur chacun des 3 sites.

Nous avons ensuite procédé aux mesures des durées et pics de consommation serveur engendrés par l’exécution d’un scénario de test simulant 50 utilisateurs à 3 reprises.

Les résultats nous ont surpris

WordPress
Joomla

Avec extension ou activation des options de cache.

‘;
?>

Jugez par vous même en cochant les cases ci-dessus, vous ferez apparaître les courbes correspondant aux pics de consommation énergétique du serveur (Mac Mini EPEAT Gold).

Conclusions :

Sans réelle surprise la version statique du site web est de loin la moins énergivore.
Ceci confirme LA question primordiale lors de la réalisation d’un site internet : Est-il pertinent d’utiliser un outil de gestion de contenu sur un site internet dont les mises à jour seront occasionnelles et l’interaction avec les visiteurs limitées (pas de possibilité de commentaire par exemple)?

Si toutefois une utilisation d’un outil CMS est indispensable, site d’annonces par exemple ou blog avec utilisation des commentaires, alors l’utilisation d’une solution de cache côté serveur devient indispensable si vous utilisez WordPress.
Joomla bien que proposant nativement une fonctionnalité de cache (mais qui n’est pas activée par défaut) ne semble pas tirer vraiment avantage d’un tel procédé de mémoire tampon.

La solution la plus « GREEN « consisterait à générer la version statique d’un site web reposant sur l’utilisation d’un CMS type Joomla ou WordPress, ce qui techniquement est très facilement réalisable. C’est ce que nous faisons désormais pour certains de nos clients dont nous avons en gestion le contenu éditorial (ceci n’empêchant en rien l’intégration de flux RSS ou fils Twitter par exemple).

Le chemin est encore long pour rendre les TIC plus vertes. Il reste de nombreuses questions à poser et comme nous travaillons sur un mode collaboratif, nous restons ouverts à toute suggestion sur le sujet.

Voir les détails de notre procédure de test

——————————————————————-

Un Bilan Carbone Global de site internet : Exemple de périmètre

  1. le développement de la solution utilisée pour réaliser le site internet
    • les déplacements des développeurs ayant participer à son développement
      dans le cas où le site repose sur l’utilisation d’une application Open Source tel que Joomla ou WordPress les développeurs sont répartis sur l’intégralité de la planète ou presque et le télétravail est majoritaire
    • le matériel utilisé par les développeurs
    • l’énergie utilisée pour interconnecter toutes ces personnes
  2. la personnalisation ou réalisation du site lui même
    • les déplacements des développeurs
    • le matériel utilisé par les développeurs
  3. la consommation énergétique tout au long de la vie du site
  4. l’impact des internautes
  5. les interventions régulières pour mise à jour des informations
Bilan Carbone du Monde interactif : Le lien n’était malheureusement plus actif quand nous avons publié cet article